La situation sanitaire actuelle implique de repenser la fourniture des soins de longue durée en Europe

Dans le dernier épisode de sa série de séminaires en ligne consacrés à la pandémie de COVID-19, le réseau social européen (ESN) a mis l’accent sur l’impact du virus sur les soins de longue durée. Des intervenants issus d’Allemagne, d’Autriche, d’Écosse et de Hongrie ont évoqué les difficultés auxquelles ils ont été confrontés ainsi que les mesures immédiatement adoptées par les différents pouvoirs publics, ouvrant ainsi le débat sur les éventuelles modifications à apporter aux divers outils et stratégies afin de mieux se préparer en cas de nouvelle crise.

Le COVID-19 a touché de manière disproportionnée les personnes âgées, et eu des conséquences considérables sur la fourniture des soins de longue durée au cours des derniers mois. D’après le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies, entre 30 % et 60 % de l’ensemble des décès dus au COVID-19 se sont vérifiés dans des établissements de soins au cours du premier mois d’épidémie. Les autorités publiques ont donc dû faire face à de nombreux défis en vue de continuer à assurer la fourniture de soins de longue durée tout en protégeant les résidents et le personnel.

Des défis variés

Lors du séminaire en ligne, les intervenants ont pointé du doigt le manque de matériel de protection à disposition du personnel soignant comme étant l’un des principaux problèmes qu’il a fallu affronter. Ils ont également mentionné les considérables réductions d’effectifs liés aux cas supposés ou vérifiés de COVID-19 parmi le personnel. Par ailleurs, la situation évoluant rapidement, il a fallu assurer une communication constante afin d’informer en continu les employés, les proches et les résidents sur les exigences en matière de protections et de soins. C’était en particulier le cas avec les résidents ayant des besoins spécifiques, par exemple avec les personnes atteintes de démence qui avaient du mal à suivre les conseils de sécurité. En outre, la distanciation sociale et l’isolement ont souvent eu un impact négatif sur la santé et le bien-être des résidents tandis que dans plusieurs pays, l’absence de coopération entre les secteurs sociaux et de santé n’a pas permis de trouver une réponse efficace à l’épidémie. Enfin, il est arrivé que les résultats des tests ne soient pas toujours communiqués en temps et en heure.

Des réponses rapides et intégrées

Dagmar Vogt-Janssen, responsable du Département pour les personnes âgées de la Ville de Hanovre (Allemagne), a indiqué que la municipalité de Hanovre avait rapidement adopté plusieurs mesures, comme la mise en place d’un numéro de renseignements en cas d’urgence, la création d’une équipe d’intervention pour les situations de crise ou encore l’aménagement d’espaces réservés aux patients en isolement. Selon elle, l’étroite coopération entre les autorités sociales et sanitaires s’est avérée décisive pour endiguer la propagation du virus. Par ailleurs, en vue de prévenir l’isolement social, des espaces réservés aux visiteurs ont été installés dans les maisons de soin, et des concerts en plein ont été organisés pour les résidents.

Teodóra Ráczné Németh, responsable du Département de méthodologie du Directorat général hongrois pour les affaires sociales et la protection des enfants, a expliqué que son département a fourni aux professionnels de la prise en charge de longue durée des lignes de conduite et des indications quant à la méthodologie à suivre afin de les aider à s’adapter aux changements soudains intervenus dans leur routine quotidienne. Par ailleurs, en vue de pallier la réduction des effectifs, le gouvernement hongrois a adopté un règlement permettant aux prestataires de soins de faire appel à une main d’œuvre issue de différents secteurs, comme ceux de l’éducation ou de la culture par exemple.

Peter Macleod, PDG de l’Organisme écossais d’inspection des soins de santé, a indiqué que son agence avait temporairement suspendu les missions d’inspection ordinaire afin d’éviter d’éventuelles contagions provoquées par des visites externes.

Préparer l’avenir

Dagmar Vogt-Janssen a insisté sur l’importance pour les établissements de soins de posséder des directives à jour pour faire face aux situations de pandémie, d’avoir une équipe de gestion des crises prête à intervenir en cas de besoin, et de former régulièrement le personnel sur la façon de créer des zones de quarantaine et d’isolement. Selon elle, il serait également judicieux de prévoir des protocoles spéciaux pour les sorties d’hôpital afin d’éviter la multiplication des cas dus à l’admission de personnes contaminées dans les établissements de soins.

Teodóra Ráczné Németh a de son côté souligné la nécessité d’une approche plus intégrée entre santé et social afin d’apporter une réponse efficace en cas de crise.

Pour Peter Macleod, les soins à la maison devraient devenir la norme à l’avenir, tandis que la prise en charge en établissement pour les personnes âgées devrait être réservée aux groupes ayant des besoins spécifiques. « Sur les 86 000 personnes recevant des soins à domicile en Écosse, seules 80 sont décédées de façon tragique, tandis que près de 2000 personnes sont mortes dans des maisons de soin, ce qui représente 46 % du nombre de décès total dus au COVID-19 sein du pays (au 9 juillet 2020) », a-t-il précisé.

Le Dr Kai Leichsenring, directeur exécutif du Centre européen de recherche en politique sociale, a fait remarquer que les soins informels à domicile pouvaient avoir leurs limites en cas de pandémie, comme ce fut le cas en Autriche où les aidants migrants n’ont pas pu entrer dans le pays en raison de la fermeture des frontières. Il a également souligné la nécessité de développer des modèles de prise en charge basés sur la communauté et pas uniquement sur la famille. Alfonso Lara Montero, directeur exécutif de l’ESN, a conclu en rappelant que le développement des soins à domicile au sein de la communauté était l’un des principaux éléments aptes à consolider les soins de longue durée. Selon lui, la numérisation jouera un rôle important en vue de permettre un changement durable en ce sens.

 

Informations complémentaires

  • Les présentations et l’enregistrement complet du séminaire en ligne sont accessibles depuis votre espace membre.
  • Vous souhaitez en savoir plus sur les soins de longue durée ? Pensez à vous préinscrire à notre séminaire sur la qualité en matière de vieillissement et de prise en charge en cliquant ici (en anglais).
  • Vous avez de l’expérience dans le domaine de la prise en charge communautaire, notamment celle destinée aux personnes âgées ? N’hésitez pas à déposer votre candidature pour les European Social Services Awards et à soumettre votre projet ici (en anglais).

RESSOURCES

Internes

Externes