Les 15 et 16 juin, le Réseau social européen (European Social Network – ESN) a assisté à la rencontre de deux de ses plus récents membres : le comté du Kent, en Angleterre, et le Département du Pas-de-Calais. Déjà engagés dans plusieurs projets communs à échelle européenne, ces deux territoires que relie la Manche ont défini les contours de leur future collaboration.

La rencontre s’est déroulée dans les locaux du Kent County Council, à Maidstone, pour une série de présentations comparées, puis à Folkestone, où la délégation française a pu visiter l’établissement de Broadmeadow. Sur chaque thématique (adoption, emploi des jeunes, services pour personnes âgées et handicapées, performance des services sociaux), les interlocuteurs dédiés ont dialogué sur leurs approches respectives, leurs différences, mais aussi les défis communs qu’ils rencontrent.

Marianne Doyen, chargée de mission à ESN, a participé aux échanges, soulignant la valeur ajoutée qui réside dans l’appartenance à notre réseau (mise en contacts des membres, échanges entre les pairs, visites sur sites, participation aux groupes de travail, séminaires et ateliers), et présenté une vision européenne des problématiques évoquées.

Optimisation des services sociaux, hébergement des personnes handicapées et dépendantes, emploi des jeunes : des priorités partagées

Des deux côtés de la Manche, nos organisations membres ont engagé des reformes et tenté d’apporter des réponses innovantes aux défis posés par la crise. Comme dans de nombreuses régions d’Europe, la lutte contre chômage des jeunes et le décrochage scolaire est l’une des priorités. Dans le Kent, les jeunes les plus vulnérables sont la cible de mesures particulières, privilégiant le dialogue avec les familles et les souhaits et aspirations des jeunes, comme le montre la plateforme internet « Choices ». Le Kent a également présenté sa politique volontariste en faveur de l’emploi des jeunes handicapés. Quant au Pas-de-Calais, il est l‘un des départements pilotes dans la mise en œuvre de la « Garantie Jeunes », un dispositif qui s’insère dans le cadre de la Garantie pour la jeunesse européenne et cible les jeunes les plus éloignés du marché de l’emploi grâce à une approche intégrée dite de l’accompagnement global social et professionnel.

En matière de politiques d’hébergement en faveur des personnes âgées et dépendantes, nos deux membres ont présenté des solutions alternatives pour permettre de contenir les dépenses tout en maintenant un haut niveau de prestation et en respectant le souhait des personnes de vivre de manière autonome, dans la communauté.

« Les besoins changent plus vite que nous n’y répondons ; il est urgent de repenser les services et les soins », selon le Professeur R. Stewart, qui a présenté l’initiative « Kent Integration Pioneer ». Ce nouveau modèle d’intégration des services sociaux et de santé s’éloigne d’une approche purement médicale des soins et du vieillissement, et met l’accent sur l’implication du niveau local. Le Kent travaille par ailleurs avec un cabinet de consultants pour mener une transformation d’envergure des services pour les personnes âgées, et qui permettrait d’économiser quelque 30 millions de livres (soit environ 42 millions d’euros) selon Anne Tidmarsh, Directrice du service pour les personnes âgées et handicapées physiques du Comté du Kent. Dans le Pas-de-Calais, les Maisons de l’Autonomie offrent un service de guichet unique pour des réponses coordonnées et intégrées.

L’appartenance à ESN a été saluée par les participants comme étant une plateforme unique d’échange au niveau européen, offrant de nombreuses possibilités d’interaction et de contribution au développement de services sociaux de qualité en Europe.

Liens utiles